News

Le Discovery Sport restylé débarque en Europe

Arrivé à mi-carrière après son lancement en 2015, le Discovery Sport a droit a un profond lifting, aussi bien sur le plan esthétique que technique. Il débarque enfin sur le Vieux Continent, en attendant de le voir sur nos pistes.

Grand coup de bistouri à l’extérieur…

Habituée à modifier ses modèles par légères touches à mi-carrière, Land Rover a failli à la règle en remaniant profondément le Discovery Sport. Grand bien lui en a fait, puisque le remplaçant du moyennement regretté Freelander avait besoin de ce coup de jeune pour revenir à la page. Ainsi retouché, il pourra mieux se fondre dans la gamme Land Rover actuelle dont tous les autres modèles ont déjà été soit renouvelés soit restylés.

Dès le premier coup d’œil, on remarque les modifications de l’avant qui le font rapprocher de son frère ainé, le Discovery (qu’on n’a pas la chance d’avoir chez nous). Des phares aux boucliers en passant par la calandre, tout est revu pour donner au modèle le plus accessible de Land Rover la mise à jour dont il avait besoin. Contrairement à l’avant, l’arrière évolue peu avec une simple actualisation de la signature lumineuse.

…à l’intérieur aussi !

En ouvrant la porte, la mise à jour est au moins aussi notable qu’à l’extérieur. En effet, parmi les rares critiques qu’on pouvait adresser à la phase I, l’intérieur qui était à la peine face aux BMW X3, Mercedes GLC, Audi Q5 et le non moins excellent Volvo XC90, tous plus jeunes que l’anglais et justifiant d’une très bonne finition. Encore heureux, vu leurs prix…

À l’intérieur, le Disco reprend un nombre d’éléments à son cousin bourgeois, l’Evoque. Il s’agit notamment du volant, du tableau de bord désormais digital et la partie supérieure de la console centrale. Par contre, s’il a droit à un nouveau écran 10 pouces tactile, il n’hérite pas du sublime double-écran auquel la gamme Range Rover a droit, ce qui n’est pas dramatique en soi tant le nouvel intérieur respire la qualité. La montée en gamme est ostensible, à tel point qu’il peut désormais regarder dans les yeux ses camarades allemands et suédois.

Hybride pour tout le monde !

Décidément, le vent de la nouveauté souffle partout sur ce Discovery Sport : à l’intérieur, à l’extérieur, et sous le capot. Les vieux blocs essence et diesel laissent la place à la famille Ingenium de 4 cylindres que Land Rover partage avec Jaguar. Le Si4 essence de 240 chevaux laisse la place à un nouveau 2 litres en deux versions : P200 et P250 qui comme leur nomenclature l’indique font respectivement 200 et 250 chevaux. En diesel, on retrouve le même 2.0 avec 3 niveaux de puissance : 150, 180 et 240 chevaux.

À noter que tous les blocs auront droit à un mécanisme d’hybridation légère qui permettra de stocker l’énergie récupérée lors de la décélération et de la stocker dans une batterie dissimulée sous le plancher. À partir de l’année prochaine, la gamme sera complétée par une version hybride rechargeable équipée d’un 3 cylindres essence.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page